Du plaisir, des rencontres… la course à pied

Ce week-end, encore plusieurs membres de Run Valserine se sont présentés sur des lignes de départ de courses et encore du plaisir.

Trail de Saint-Jacques

Jacques sur le trail de Saint-Jacques (jeu de mot facile) et surtout sur ses terres s’est présenté au départ sur le parcours du Trail de Gévaudan (49km/2000m D+)…. et un nouveau podium:

Samedi 8 juin sur « la plage » de Monistrol d’Allier me voilà prêt pour le départ des 49 km du Trail de Saint-Jacques.
Quelle surprise de voir Dawa Sherpa sur la ligne ! Il nous souhaite une bonne course au micro avant que le peloton ne se lance sur les rives de l’Allier. Mais très vite la première difficulté arrive. J’ai étudié le profil. Les 24 premiers kilomètres sont les plus difficiles avec plus des trois quarts du dénivelé total (2000 m). Je ne m’affole pas car je sais que je n’ai pas eu une grande préparation pour une telle course. Pourtant je me sens bien, je ne ressens aucune douleur et je me sens heureux au milieu de ces magnifiques paysages.
Les kilomètres défilent très vite. Je m’étais dit que si j’arrivais à tenir 2 km par quart d’heure, je ferais une belle course. Je suis bien en avance par rapport à ce projet.
Je cours depuis de nombreux kilomètres avec un petit jeune. On fait connaissance. C’est une tronche. Il est en 5ème année de médecine. Pourtant au 23ème km petit coup de mou. Je me dis que la course risque d’être longue. Lui semble en bonne forme. On entame une longue descente très agréable ce qui me permet de reprendre du poil de la bête. Le petit Timothée me distance sur le plat suivant mais je ne m’affole pas car je suis très en avance sur mon projet. Je me sens bien mais surtout ne pas se cramer, l’expérience parle.
Saint-Christophe sur Dolaizon à une douzaine de km de l’arrivée. Les souvenirs de jeunesse remontent puisque j’ai habité un an ce village. Je profite du ravitaillement et je repars étonnement en forme. Je sais qu’il y a encore le passage des Chibottes très compliqué avec ses montées et ses énormes pierres à « escalader ». Je passe sans encombre cette dernière difficulté. Et c’est partie pour les 5 derniers km descendants. Je suis déjà à Espaly Saint-Marcel, la course est passée très vite.
Le dernier kilomètre : je n’accélère pas trop car je sais qu’il y a la montée de la cathédrale et je me suis mis comme dernier challenge de la monter en courant. La voilà cette montée ! Je jette un oeil sur l’arche d’arrivée et j’entends mon prénom. Christine, ma soeur Evelyne et ma nièce Marie sont là à hurler. Je serre le point je souris et je suis heureux tout simplement. J’ai l’impression d’être un cabri en montant à la cathédrale.
Incroyable ! je m’étais dit 7h ce serait une bonne perf et me voilà franchissant l’arrivée en 5h50min23s sans avoir l’impression d’épuisement.
20ème au scratch sur 227 arrivants (la chaleur a eu raison d’un bon nombre de coureurs) et 2ème Master 2 derrière…. Dawa Sherpa.
Je suis surpris de constater que le petit Timothée finit un quart d’heure derrière moi ; je ne l’ai pas doublé sur les chemins, j’ai donc du le doubler lors d’un ravitaillement.
Mais la journée n’est pas finie car il faut attendre le podium de 18h30. Et c’est là que j’aperçois Dawa assis derrière une table pour vendre son livre « Les sentiers de la Sagesse ». Une dédicace, une photo et une chaleureuse poignée de main suffisent à me rendre tout à fait heureux.
Et me revoilà fier sur le podium du Puy en Velay avec bien sûr le maillot de Run Valserine sur les épaules.
Vraiment la course à pied apporte tellement d’émotion

Jacques
NomTempsCls.Cat.
Jacques 05:50:23 202 V2H

Trail de Panama / Foulées de Panama

La course commune, ce week-end, était le Trail de Panama et les Foulées de Panama, non pas le pays mais l’ile artificielle sur le Rhône (avec les communes PAves, NAttages et MAssignieu de Rives): ainsi 11 membres de Run Valserine (et 2 amis marcheurs) se sont alignés aux départs. On n’a pas encore le résultat officiel, mais nous avons bien l’impression d’avoir remporté le prix du club le plus représenté en plus du podium de Marie-France!

Dans le prolongement du Cross des Jonquilles qui s’était bien passé, mon choix d’orientation sur une course tonique plutôt que de gestion de l’endurance m’incite à m’inscrire sur le 12Kms D+370.
Le parcours est fabuleux, roulant, enchaînement et relance dans des sous bois, exactement du même type que notre terrain de jeu. Nous y sommes très bien préparés.
Je ne gère pas l’effort, objectif max de ce que je peux produire. Je n’attends pas de voir la première bosse du point culminant au Km 7 et qui n’arrivera jamais tant les pentes sont peu raides. Notre préparation est faite pour cela. Certains coureurs marchent et d’autres décrochent trop facilement.
Je prends un énorme plaisir tout au long du parcours bouclé en 1h13’25 et une salve d’encouragements dans la dernière montée de la part de mes copains Run valserine me booste jusqu’à la ligne d’arrivée.
C’est vraiment un superbe parcours que je conseille à tous et bravo à mes 10 compères alignés sur le 20 Kms.

Philippe

Evidemment quand vous vendez une course « très sympa » aux copains et quand en arrivant, il bruine, il fait froid comme en automne, et les prévisions météo n’annonçant rien de mieux, la journée commence par des railleries et vous espérez que le terrain ne sera pas trop dégradé et technique sinon ce sera pire à l’arrivée! Pour ma part, je suis plutôt content de la fraîcheur car l’année dernière j’avais souffert de la chaleur sur la dernière partie du parcours exigeante et à découvert avec des passages goudronnés gorgés de chaleur. Le départ est donné dans la grisaille, je pars assez vite (enfin vite pour moi…) en essayant de garder le contact avec Jean-Mi au moins pour ces 4 premiers kms de profil descendant dans une ambiance de bord de Valserine. Je sais que je pars trop vite, que je vais sûrement le payer, et que je suis un peu fatigué ce matin mais je décide de me faire plaisir sur les portions que j’avais bien aimées l’année dernière pour le reste les jambes m’emmènerons bien à l’arrivée (les copains m’attendront il y a de la bière et c’est moi qui ais les clés de la voiture). Donc plaisir dans la descente (avec petite chute sans conséquence, pour mettre du piment), évidemment au milieu de grosse ascension je perds le contact avec Jean-Mi, pas grave, j’attends la partie sur le plateau en haut avec des singles à flant avec la vue sur le Rhône, des descentes en single un peu techniques un régal, le terrain n’est pas détrempé. Bon ben voilà, c’est la dernière partie, encore 5km de valonné (enfin plutôt D+), les jambes s’allourdissent, je me fais doubler par quelques uns qui m’avaient pris comme lièvre dans la descente, le but maintenant c’est d’arriver sans trop perdre de temps, à vue de nez j’y serai en moins de 2h30, je suis satisfait mais reste méfiant: purée que ces dernières bosses sont raides et ce champ, il n’était pas là l’année dernière! Ah une grosse averse pour finir et les fameux derniers 200m de montée sur la route (qu’on attient par un chemin en montée), les avions de Run Valserine sont là pour m’encourager (et me charier encore un petit coup): 2h23, je suis content.

Même si des fois on aime bien faire les beaux sur des gros événements, ces petites courses de village sont vraiment sympas et conviviales, et en plus ici les parcours sont vraiment superbes, bravo à l’organisation.

Bertrand

Foulées de Panama

NomTempsCls.Cat.
Philippe01:13:21375 V2H

Trail de Panama

NomTempsCls.Cat.
Gaétan01:51:48194 V1M
Samuel01:52:53205 V1M
Quentin01:56:382719 SEM
Pierre02:00:43359 V1M
Lyne02:07:4648 5 SEF
Jean-Michel02:18:497817 V2M
Bertrand02:23:029122 V1M
Séverine02:28:33968 SEF
Sabine02:35:241046 V1F
Marie-France02:40:291093 V2F

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.