UTMJ danteste

Les effets de la tempête Alex se sont faits sentir jusqu’au massif du Jura où se jouait l’UTMJ, pluie, vent, froid,… mais aussi du soleil dans la journée… Plusieurs membres de RunValserine se sont élancés à l’assaut des crêtes et des combes jurassiennes sur différents formats de course, encore de très grosses performances, bravo à tous.

Retrouvez leurs récits ci-dessous.

La Franco Suisse – 112 Km / 4650 M D+

Christelle, Jef, Tounsi et David se sont présentés au départ de ce parcours de 112km/4650 M D+ annoncés (102 au final) ne passant plus par la Suisse à cause de la crise sanitaire.

NomTempsCls.Cat.
Tounsi15:48:3314019 M2H
David17:26:3820831 M2H
Christelle17:26:382094 M3F

J’ai eu de la chance.Vu la météo prévue pour l’UTMJ, je m’attendais à passer une journée et une bonne partie de la nuit entre neige, pluie glaciale et vent.Finalement  à part le départ sous la neige et quelques passages bien glissants, le parcours s’est bien déroulé grâce aux nombreux ravitos. Pas de blessures ni grosse fatigue.C’est seulement après mon arrivée qu’il s’est mis à pleuvoir sérieusement que la tempête s’est levée; Les dieux du trail étaient avec moi cette fois ci. Je reste impressionné par la performance de Jeff, il a trouvé la force de franchir les passages les plus difficiles avant de stopper.L’accident qu’ont subi Christelle et David nous a tous affecté et même si David nous a rejoint après quelques soins en nous a rassurant avec son humour et sa bonne humeur, La soirée n’était pas ce qu’elle aurait dû être.Bon rétablissement les champions!

Tounsi

Jef proposait une randonnéee gourmande ce weekend, dans le Jura.
Après un bivouac aux Rousses nous retrouvons les copains Christelle, Tounsi (et Agnès, une copine de Christelle) et leurs staff d’assistance, puis partons à l’heure où blanchit la campagne.
Les stands Comté, Morbier et Mont d’Or s’enchaînent.
Les quelques éclaircies nous offrent de belles vues sur des combes, refuges, sommets et lacs.
La descente du saut à ski de Chaux Neuve (par les escaliers !) s’avère casse-pattes mais rigolote !
Les bons moments aussi ont une fin. Nous parvenons à Métabief vers 22h30, sous les feux de la rampe… Tel Icar, Christelle en a beaucoup souffert ; Bon rétablissement Championne !
Heureux d’avoir bouclé 100 kms pour mes 50 ans, avant 50 pour mes 100.

David

Au départ cela aurait dû être un 100km partager avec David… mais les aléas de la vie en ont voulu autrement ..
Comme vous le savez mon genou me pose soucis depuis 2/3 mois déjà.
A cela s’ajoute une surcharge de travail qui m’a quasiment privé de tout entraînement en semaine..il ne me restait que les week-ends pour faire du vélo.et il faut dire que je me suis bien fait plaisir de ce côté là.
Et que tous ces km avalés m’ont bien servi pour pouvoir atteindre Jougne..
Nous Voici partie des le vendredi soir en direction de Métabief pour poser ma voiture et revenir dormir aux Rousses ds le transporteur à David..le tout sous une pluie soutenue qui ne nous quitte plus depuis qq jours !!!
Après une nuit découpée en quart de 30mn,le réveil sonne à 3h15… j’ai très mal dormi car j’angoisse de savoir comment va réagir mon genou !!!
J’ai dit à tout le monde que je voulais accompagner les copains et ma coupine juste sur qq km,et ensuite mettre le clignotant ..car après plusieurs essais ,je sais que je ne peux (courir)+de 2hr..
Entre temps j’ai quand même eu une injection de lubrifiant ds le genou…il faut patienter 3 semaines avant de ressentir les 1ers résultats..si résultats il y’a !!!
Soit pile qq jours après la date de la course mais c’est pas non plus précis comme un coucou Suisse la science du Genou .
Et nous voilà à patienter sous la pluie qui va vite se transforme en neige,de Quoi me remettre une couche d’appréhension …et oui le froid n’est pas mon ami.. y’a donc Christelle et Agnès son ami, Tounsi et David…Sans oublier Thomas qui sera nôtre bon samaritain durant 24hr..
Le départ est lancé ds les règles du Covid..
Tounsi file tel un bandit masqué…nous ne le verrons plus jamais
Comme convenu avec David,on restera ensemble jusqu’au levé du jour (😜)soit environ 2hr de course commune.
Mais déjà je sais que ça va être dure,il me fait déjà mal.mon genou hein..
Je n’arrive pas à me libérer,trop de doute m’assaille sur mes capacités et la gestion de la douleur pour pouvoir continuer…et le 1er ravito est là.
Le 1er d’une longue série plus qu’au top.. bravo les bénévoles et l’organisation.
Je n’ai mangé qu’1 Baouw sur mes 15hr d’effort tellement les ravitos étaient top et nombreux
Et puis tout le monde attend qu’une chose que je m’arrête….ma femme la 1ere.
Mais comme l’a si bien dit Patrick,on ne se présente pas sur une course avec déjà l’idée, d’abandon.
Et je suis pas venu pour ça.
Mon but est d’aller aussi loin que possible,tout en ne mettant pas en jeu mon intégrité physique.
Et je laisse partir David pour qu’il puisse vivre sa course.il récupérera Christelle et Agnès
Pour moi c’est plus facile de gérer ma douleur en solo
Je comprends très vite que je ne pourrai aller o bout si je m’obstine à courir
Ce sera donc marche plus que course…par contre en montée j’arrive à maintenir un bon rythme .
Eve me demande déjà si j’ai pas encore abandonner.
Les conditions météo sont très difficiles,un peu comme à la Saintelyon…par contre je n’ai pas froid
Très vite je découpe la course en fonction des ravitos comme ils sont nombreux. . ça aide.
Thomas sera d’un soutien sans faille,dans la journée s’ajouteront Jec et Pac..
Je dois dire que malgré ce genou plus où moins douloureux je prends du plaisir à être là et vivre cette expérience !!!
Les 25, premier km seront quand même difficile.
Le temps de l’acceptation, ensuite ce sera la découverte de tous ces beaux paysages…
La journée file et midi approche avec mon seul coup de fringale,en haut du tremplin à ski .. heureusement le ravito est juste en bas…avec les bons produits de nos terroirs .
J’y retrouve Thomas et Jec,qui me donnent des nouvelles des copains.
Et ça fait plaisir de les savoir toujours en course et ensemble..sauf Tounsi si vous avez bien suivis 🤪
Je vis cette course d’une autre manière…je rencontre des gens qui comme moi ne courent pas bcp. J’ai ainsi partager un peu de km avec 3 personnes différentes. j’ai pu parler comme Christelle n’était pas là ..
A la montée sur le Mont d’Or, j’ai commencé à ressentir une certaine fatigue..mais mon moral était toujours pour être finicher.surtout qu’à Mouthe, j’avais appris que la course était raccourci de 15km et 600+…
C’était un signe… quelle vue magnifique en haut.a ce moment là Eve m’appelle et elle comprend que je veux aller au bout.
Et me changer totalement à Jougne où mon sac m’attend,il me restera alors (que)23km au lieu de 40…
Mais c’était sans compter sur la descente sur une piste rouge … là j’ai vraiment eu mal …mi tė obligé descendre en marche arrière par moment tellement mon genou té Totoche à mouin.. limite des larmes..
Mais une fois passé ce mauvais passage je reprends la niaque.
C’était sans compter la trace laissée par un engin forestier sur un chemin avec des put…g ornières de presque 60cm..et je vous laisse imagine le passage sur une jambe. .mais là encore j’étais toujours un futur finicher ..
Cependant à la dernière montée surprise sur Jougne avec la nuit qui tombe et surtout la tempête qui recommencée tout mon plaisir et l’envie de me battre la foutu le camps ..c’est décidé je mets le clignotant à Jougne km 78..
J’aurais bien déjoué les pronostics mais surtout je retiens le plaisir que j’ai eu à vivre cette journée.
J’appelle Eve pour lui dire..je pense qu’elle est aussi soulagée..
Je ne me voyais pas repartir pour 6hr ds la nuit et surtout la tempête et le froid.
J’appelle mon bon samaritain il viendra me récupérer et me ramènera à Métabief où nous manquerons l’arrivée de Tounsi.
Qui nous aura encore impressionné..
Bravo à Tounsi pour ce 2eme +100km en -4semaines.et a Christelle, Agnès et David pour leur 1er,100km..
Et avec l’envie,le moral,on peut surmonter bcp de km…
Merci aussi à tous les Runvalserine’s pour vos messages tout o long de la journée…et au moment de mon abandon,qui pour moi a un goût de victoire.

Jef

La Renarde – 72 Km / 2600 M D+

Pierre s’est élancé pour sa part sur la Renarde

Il est 2h du matin lorsque mon réveil retentit dans ma chambre à Metabief. Je suis inscrit sur la Renarde, un joli trail de 72 Kms avec 2600 D+ qui rejoint Les Rousses à Metabief.  
Je suis arrivé la veille pour récupérer mon dossard et être en forme pour cette belle course. La pluie est tombée sans interruption la veille ainsi que toute la nuit, cela s’annonçait humide.
Après un bon pdj, j’ai pris ma voiture, pour rejoindre le bus qui nous attendait à quelques kilomètres de là.Arrivé aux Rousses à 5h, c’est la neige qui s’est invitée. J’ai alors pensé à mes amis qui venaient de partir pour le 112 Kms en priant que la météo s’améliore rapidement.
Il est 7h, la neige a cessé et le départ est donné. Covid oblige, c’est par vagues de 200 coureurs que nous partons. Dès les premiers kilomètres, la boue a envahi les chemins et mes pieds sont déjà trempés. Il faisait vraiment froid mais rapidement j’ai trouvé mon rythme et je me suis réchauffé. Les kilomètres se sont ‘enchaînés avec un premier ravito au 17 kms et les suivants tous les 10. Ce sera mon métronome. J’ ai pris le temps de boire un bouillon et de remplir mes flasques. J’avais le parcours en tête et j’ai essayé de suivre le plan que je m’étais construit. Au troisième ravito, le vent était de la partie et il faisait vraiment froid, je décide de me changer (sous couche, tee-shirt, manchons, chaussettes). Un morceau de comté, une tranche de pain et c’est reparti pour 10 kms. J’ai levé les yeux au ciel en espérant une accalmie et pourquoi pas du soleil !! Un peu avant les escaliers interminables de la piste de saut à ski, j’ai croisé Jeff. Nous avons échangé quelques mots d’encouragements et quelques sourires qui ont fait du bien au moral.
Le soleil était enfin de la partie et cela m’a réchauffé le coeur en même temps que le corps. Les douleurs ont commencé également à pointer le bout de leurs nez. Alors j’ai ralenti l’allure car je voulais voir cette arche d’arrivée, et profiter de cette bonne bière que je m’étais promise :-). Il faut bien se motiver comme on peut !! J’ai pensé également à mes deux filles et ma compagne qui me suivaient sur le site et je ne voulais pas les décevoir. Entre le 60 et le 68ème kilomètres je pense avoir débranché mon cerveau car je ne me souviens de rien. Alors pourquoi le 68ème vous allez me dire ? C’est ici qu’était prévu le dernier « petit coup de cul » comme ont dit et bizarrement je m’en souviens très bien :-). Arrivée en haut, le point de vue est magnifique, mais pas le temps de rêvasser car l’arrivée est proche.J’ai alors rassemblé mes dernières ressources et me suis élancé dans la descente le plus rapidement possible en oubliant la douleur.
J’ai aperçu enfin l’arche d’arrivée, cette arrivée que j’espérais depuis ce matin là et qui se rapprochait. J’ai passé la ligne en 10h57mn et le commentateur m’a alors posé cette simple question « Alors c’était comment?  » je lui ai répondu simplement et tout naturellement « C’était bon ». Et avec le sourire 🙂
En résumé : la neige, la pluie, le froid, le soleil…tous les éléments étaient réunis pour faire de cette première édition de l’UTMJ une course inoubliable. Félicitations aux autres warriors, je vous admire toutes et tous de vous être élancé sur le 112, total respect.

Pierre

La CMM – 38 Km – 1100 M D+

Nos nouveaux adhérents ne sont pas en reste et ont participés aussi à l’UTMJ…

NomTempsCls.Cat.
Flavien04:49:4319329 M0H

La Lynx – 19 Km – 690 M D+

NomTempsCls.Cat.
Bérenger02:38:0222020 M0H

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “UTMJ danteste”