La Trace des Maquisards

Run Valserine a été très bien représentée à la première édition de La Trace des Maquisards, nouveau trail de nuit alliant sport et hommage à la résistance et à celles et ceux qui ont combattu l’occupant nazi. Effectivement les parcours traversent les lieux de camps des Maquisards de l’Ain qui étaient reconstitués pour l’occasion.

Bravo à toutes et tous, en particulier Caroline qui enlève la deuxième place féminine et Jacques la troisième place M4.

Voici leurs retours en détails

Une très belle course, notamment pour l’ambiance et l’organisation ! pour le paysage, il faudra y retourner de jour 😊
Un peu d’appréhension au départ, je n’ai pas l’habitude de courir cette distance si tôt dans l’année mais avec un tel groupe …. Grosse motivation !!
La première moitié de course n’a été que du bonheur, de bonnes sensations, un bon rythme, le temps idéal. J’ai eu peur d’être partie un peu vite car le parcours était trèèèès roulant sur les 10 premiers kilomètres.
En arrivant à la moitié du parcours, je me suis retrouvée prise dans le départ du 42km, (j’ai dû quitter le ravito rapidement pour ne pas gêner et être gênée par le départ) … ce qui m’a aidée à garder mon allure. Plus de boue et de grands chemins forestiers (qui sont souvent longs 😊) sur cette seconde partie. Je pense que ma routine du dimanche matin « Confort / Menthières » par la route… (avec une bonne musique, ça passe facile.. presque) m’a aidée à ne pas trop ralentir dans les côtes.
Je n’ai pas su pendant le parcours le classement… et c’est bien mieux ! Une belle surprise à l’arrivée d’être sur le podium. Mais surtout un bon moment de partage avec Jacques, Gaëtan, Jeff, Thomas et David. Bravo à tous !! Notons qu’avec Jacques, nous avons EXACTEMENT une heure d’écart, à la seconde prêt. C’est ça l’esprit Run Valserine !!

Caroline

Entre effort et histoire
Samedi 19 février. 18h. Le départ est donné à Bourg-en-Bresse pour cette 1ère édition de la Trace des Maquisards. Rendez-vous à Oyonnax après une nuit de course. Nous voilà donc partis sur les traces des Maquisards qui se sont battus pour notre liberté. L’aspect historique m’avait vraiment attiré quand je me suis inscrit mais je ne me sens vraiment pas serein pour affronter ce parcours.
Nous partons donc tous les 5 (Gaëtan, Jeff, Thomas, David et moi). Caroline a quant à elle déjà pris la poudre d’escampette.
Les premiers kilomètres sont bien agréables.
Je suis vraiment très surpris car nous nous retrouvons dans les derniers du classement. Les trailers sont tous partis très vite sur ces premiers kilomètres qui s’annoncent très plats. Savent-ils qu’ils doivent courir 80 km ? Ou alors sont-ils tous des pros ?
Petit à petit, avec Gaëtan, nous laissons nos compagnons et débutons notre course ensemble. Evidemment dès les premières pentes, nous commençons à doubler pour arriver au ravitaillement du 22ème kilomètre en un peu moins de 2h30. Pour l’instant tout va bien. J’ai l’impression de courir « facile ». Le passage sur le viaduc de Cize est tout simplement magique ; il est illuminé aux couleurs de la France : bleu-blanc-rouge.
Je monte les pentes très facilement et je double toujours et encore. J’ai un peu plus de mal à gérer la descente très boueuse vers le ravitaillement des Granges. Je suis content d’y arriver enfin. C’est le 54ème kilomètre et j’éprouve tout à coup une très grande fatigue avec des jambes qui ne semblent plus vouloir répondre. Je prends du temps pour me reposer et me ravitailler. Je me dis que je vais repartir en marchant et on verra bien.
Au sortir des Granges ; une petite route goudronnée. Je me remets à courir doucement et miracle je ne ressens plus de douleur dans mes jambes qui me semblaient si raides au ravitaillement. Alors j’accélère et je retrouve mon bonheur de coureur de route. Je suis reparti à une très bonne allure ce qui me permet de reprendre les dépassements. Même dans les grandes montées je double très facilement tous ces trailers qui souffrent. J’ai l’impression d’être un cabri. Je me dis même que je vais tellement bien que je vais faire l’impasse sur le dernier ravitaillement. Mais ma frontale en décidera autrement puisque juste avant le ravitaillement d’Izernore elle montre de grands signes de faiblesse. Je m’arrête donc au ravitaillement pour changer la batterie. Je repars de plus belle et finis la course à un rythme soutenu. Je me sens encore bien.
Voilà le passage sur la ligne. J’ai dompté la Trace des Maquisards et je bats mon record de distance.
Mon objectif était de boucler cette course dans un état physique correct entre 11h et 12h (ça me paraissait raisonnable pour un premier 80). Eh bien mission plus qu’accomplie puisque je finis en 10 h 33 min 25 s à la 37ème place et 3ème M4 à 4 secondes du 2ème M4.
Après examen des temps de mes compagnons de route, je constate que Caroline a couru ces 80 km en 9 h 33 min 25 s, et pourtant on ne s’était pas concertés.
Merci encore à Gaëtan, Jeff, Thomas David et Caroline pour ces moments passés ensemble et une mention particulière pour Gaëtan avec qui j’ai passé beaucoup de temps pour la préparation de cette épreuve. Il y est pour quelque chose dans ma réussite du jour.
Merci également à Christine qui a encore passé une nuit derrière l’écran en notant tous les temps de passages du groupe Run Valserine.
Après un peu de repos, je repars sur les courses sur route avec mon objectif annuel : les 15 km du Puy en Velay le 1er mai.
On verra si je tente les 100 km de l’XT01.

Jacques

Ce samedi c’était rdv sur les terres de la Résistance .Quand l’histoire et le sport s’unissent.
J’avoue que j’ai longtemps hesité à valider ma participation à cette nouvelle épreuve.
-ma cheville toujours +/- douloureuse
-covidé fin Janvier
-entrainement insuffisant 3 semaines de coupures
Finalement l’envie est plus forte et malgré une semaine compliquée,gooo.
Comme d’hab covoiturage avec les copains et copine.
Pas bien loin,Oyonnax et navette jusqu’à Bourg en Bresse,ou le départ sera donné à 18hr devant le lycée Lalande seul établissement civil de France titulaire de la médaille de la Résistance française.
Cet horaire inhabituel nous fera cogiter sur la gestion de notre alimentation d’avant course!!!
Etant plus habitué au départ à minuit des courses de la Sainté.
une traction ouvrira la Trace au seulement 200 coureurs. Ce fut une joie de courir 50m avec Caroline, notre championne normande filera de sa foulée aérienne vers son futur podium.
Comme convenu on ne se laisse pas entrainer par un rythme trop rapide.N’est pas Caro qui veut.
les 10 premiers km étant tres roulant.Jacques et gaetan sont qq metres devant nous,Thomas david et moi.
david s’envolera lui aussi à partir du km14.
on a avalé le 10kil en 1h02 quand meme,comme ci ,il nous resté pas encore 70km à digérer.
Je fais le yoyo avec Thomas et finalement on se retrouve o 1er ravito et décidons d’essayer de faire course commune.
A ce moments bcp de questions ds la tête ,ma cheville me titille,ne fais je pas payer ce 1er tronçons couru assez vite!!heureusement que la trace est déjà belle.
la montée sur les hauteurs de Bourg et la vue sont magnifiques.
Et les gens bien sympas,bénévoles,figurants ..le ciel et la lune rousse sont magnifiques.et il ne fait pas froid.
avec thomas on decide de respecter nôttre plan de course,courir partout sauf en montée,et surtout gardé en tête que la 2nde partie des 40 derniers km sera plus difficile.
Pour Thomas c’est un vrai objectif ,c’est son premier essai sur une telle distance;nôtre but allé chercher ce béret,entre 12et 14 hrd’effort.
Toute la nuit chacun a demandé à l’autre comment il était avant de relancer et s’adapter en fonction.C’est une technique éprouvée sur la sainté déjà avec Alisonne.
Tout en restant prudent sur l’allure de course,il ne faudrait pas rattraper Jacques et Gaetan.
Les ravitos étant distants en moyenne de 16km,ben ça nous servira étapes.
Et ont arrivent assez rapidement au ravito de mi course,ou nous attend nôtre sac de délestage.
ben c’est un truc sympa sur ce genre de format.
On a ainsi pu profiter pour se changer et repartir sec au bout de 30mn;aprés avoir avaler 1bonne assiette de pâte ..Seul bémol j’ai mis un p’ti moment à me réchauffer aprés avoir ce local trop chaud.
on n’a pas pris nos bâtons et pourtant les montées seront bien raides,ce n’est pas les Alpes mais quand même.
Le profil est plus raide que la Sainté et on a aussi plus de chemins et passages en forêts.
Si vous avez bien suivie ,ils nous restent encore 40km et 1500D+ donc c’est maintenant que la course se durcit au 2 sens du terme.
On continue à appliquer nôtre stratégie.
les différents camps et villages de résistants traversés sont très bien animés.
et souvent au milieu de la forêt.Figurants en tenues d’époques ,armés.Jeep et sirène
Certains passages au travers des coupes forestières sont très collants,ont swinguent pas mal.
Aprés encore une jolie boucle sur les crêtes ,on entrevoie le viaduc de Cize éclairé au loin.
sa traversé baignée de bleu blanc rouge est très émouvante.
Franchement quand on voit l’effort fourni pour animer et la mise en lumières des différents sites,c’est un trail qui mérite de connaître un futur succès
1h30 aprés ce ravito,j’aurai mon seul véritable coup de mou..la faute à’impasse que j’ai faite au bout d’1hr sur grignoter qqch.
Mine de rien avec 1 départ à 18hr ,la nuit est longue.
Et le jour ne se levant pas avant 7h30,l’acuité visuelle est mise à l’épreuve…2 chargeurs seront nécessaires pour ma frontale.
J’ai eu aussi un peu sommeil à 1 moment,heureusement que l’on était 2.
J’ai assuré la discussion,hi hi hi…
La fameuse portion de 6km et 500D+ a bien piquée,de même que la portion de presqu’escalade
à grimper.
Je vous cache pas que mes jambes furent bien raides sur les 20 derniers km,.j’ai pas pu relancer comme à la Saintélyon,mais il ne faut pas regarder en arrière,ce qui compte c’est ce qui reste à faire demain.
De toute façon les moments de dures vont parties de la pratique de l’ultra.
Cette course n’était pas un objectif pour moi,le chrono n’avait pas grand importance.
Je suis néanmoins content de nôtre chrono en 12h52, pour une éstimation de 12 à 14hr..
Et surtout d’avoir partagé cette ballade avec Thomas qui à réussit son premier 80km de nuit.
la météo a été de nôtre côté.
Sans oublié mon Padawan David Duf qui a aussi décroché son premier 80km
bravo à Caro et Jacques pour le podium.
Le seul bémol c’est l’abandon de GaËtan sur blessure.Prend le temps de te soigner et tu reviendras plus fort.
On t’attend pour partager encore bcp de km avec toi..
POint -pas de tee shirt de participation,1 béret ok mais il va prendre la poussiére.
Point + :organisation o top,bénévoles,la beauté des villages et sites traversés,ravitos super..
j’espère que d’autres du Run décrocheront le béret en 2023..
Merci à zot toutes pour les petits messages gentils,les appels au millieu de la nuit,la surprise au départ.
Et mes 5 camarades…

Jeff

Genèse de la Trace des Maquisards :
Je me suis mis au Trail sur le tard, en 2017 notamment avec une participation du Défi du Fort l’Ecluse. J’avais 35 ans. Depuis, la passion pour les chemins est née et les petits trails se sont enchaînés (Michaille, Valserine, Relais sur l’Ultra, DuoTrail de Lalleyriat, etc..) Les défis étaient relevés les uns après les autres mais il me fallait trouver quelque chose de dingue pour mes 40 ans et le pari était posé entre copains.
En septembre dernier, du haut de mes 39 ans, j’ai rejoint Run Valserine, où je connaissais déjà la plupart d’entre vous, pour me motiver à franchir le cap et m’inscrire sur cette satanée course.
Dans le même temps, l’organisation de l’Ultra 01 donnait naissance à la Trace des Maquisards pour février 2022. Le déclic est alors arrivé, ce serait sur ce Trail à la connotation historique que j’allais franchir ce cap sur la distance du 80 kms. D’ailleurs, au gré d’une discussion sur le groupe, les inscriptions se sont enchaînées au sein de Run.
Samedi 19 février 2022 :
La préparation pour la Trace a été plutôt bonne, les conseils de maître Jacques et maître Jeff m’ont été très profitables. A 10 jours de la course, premier pépin, je chope une grosse rhino (ou Omicron peut être) qui me cloue au lit tout le week-end. Je parviens tout de même à sortir le lundi pour un dernier test qui s’avère concluant, la forme est toujours là. Deuxième pépin, je rechute le mercredi, quand ça ne veut pas… Au gré des traitements et remèdes de grand-mère, maître Jeff me donne une dernière solution le samedi matin de la course qui parvient à me dégager complètement les bronches, ouf ça devrait le faire.
Rendez-vous à Chatillon à 14 heures pour les 6 coureurs du 80 aux fins d’aller chercher nos dossards à Oyonnax. La pression monte ensuite doucement dans la navette en direction de Bourg en Bresse. 17 heures 45, nous voilà dans le SAS de départ, Jeff prend quelques photos comme à son habitude. Petit briefing de l’organisation, on y est.
A peine le briefing effectué, le départ est donné ce qui nous surprend un peu vu qu’il n’y a pas eu de
compte à rebours.
Le plan était de partir ensemble tranquillement sur le long plat de 10 kilomètres menant à Ceyzériat. Caro décide de faire 80 mètres avec nous et puis s’envole vers le podium. Jacques, Gaetan, Thomas, Jeff et moi restons groupés ou du moins à vue malgré le rythme un poil élevé du début de course, tout le contraire de nos prévisions…
La nuit tombe sur Ceyzériat à l’heure de course, Jacques et Gaetan sont partis devant. Nous passons la cascade de la Valière et Ceyzériat pour entrer dans la première ascension de la nuit. Thomas fait le yo-yo derrière nous mais tient le coup tranquillement.
Après 1 heure 30 de course, Jeff sentant que je trépignais, m’indique que mon rythme de course est trop élevé pour lui pour le moment et m’invite à faire ma course.
Après lui avoir souhaité une bonne course, je pars devant dans l’ascension du Mont July avec une vue magnifique sur Bourg en Bresse éclairée en contre bas entamant ma petite remontée.
L’ascension et la descente vers Drom se passent bien. Il y a du monde partout au bord des chemins et les animations sur les camps sont très sympathiques me donnant du courage.
Ravito express à Drom à 20 heures 35, direction Corveissiat et la deuxième ascension du jour, je me retrouve dans un petit paquet dans la montée vers Racouze que je parviens à dépasser sur un replat.
Je me retrouve esseulé dans la longue descente vers Corveissiat qu’on distingue en contre bas de la crête.
Ravito de mi-course à Corveissiat, il est 22 heures 50, remise en condition du sac, j’en profite pour me changer et me mettre au sec. Quelques relayeurs sont déjà à la bière sur une table voisine, je me dis que ce n’est pas encore pour moi.
Je repars et trouve un allié de circonstance à la sortie de Corveissiat avec qui je sympathise. Nous avons le même niveau et c’est notre première sur la distance. Avantage, il a reconnu la portion qui vient. On descend vers le Viaduc de Cize illuminé de Bleu Blanc et Rouge pour la nuit, instant magnifique. Nous voilà sur le viaduc, passage au 42 ème kilomètres. Je me check sur le viaduc, tout va bien, je suis très satisfait surtout que les 2 prochaines ascensions sont plus que terrible.
La première se fait tranquillement mais on sent que la fatigue globale commence à naître. Voilà les premiers panneaux “pente raide”, et tient des cordes, descente acrobatique due à la boue et au passage des coureurs du 42… Quelques glissades mais pas de bobo, ouf…
Grosse remontée ensuite et descente à Granges pour le ravito du 54 ème kilomètres, il est 01 heure 30. Je refais le plein d’eau et m’apprête à repartir seul, mon compagnon de fortune est sec et va prendre un peu de temps avant de partir.
Me voilà seul vers Izernore, j’ai toujours la frite, je reprends encore quelques concurrents esseulés dans la montée. Le ciel s’est voilé masquant alors la superbe lune qui nous accompagnait…
L’ascension est très longue, 6 bornes environ, sur une légère descente vers le Camp de Chougeat, une vieille douleur au genou se réveille, mon ami l’essuie-glace est de retour au pire des moments…
Il me reste une vingtaine de kilomètres… Je ne panique pas, je ralentis le rythme en descente pour éviter d’aggraver la chose mais les passages sur plat ne sont pas grandioses non plus…
J’arrive à Izernore un peu avant 04 heures 00, il y a du monde au ravito. Tout le monde prend le temps de s’alimenter avant les 13 bornes restantes. Il ne reste que 02 heures selon les prévisions et 300 de d+. Remotivé, je pars avec 4 autres coureurs mais le genou ne me permet pas de les suivre sur les premières pentes vers Geovreisset. Pas de panique, l’objectif est de finir, je commence tout de même à être bien fatigué, la nuit a été longue et éprouvante. Arrivée sur les hauteurs de Geovreisset, on distingue les lumières d’Oyonnax, c’est parti pour la descente, je préserve tout de même mon genou mais je parviens à reprendre deux coureurs.
On passe un petit tunnel, on longe l’autoroute et nous voilà dans Oyonnax. Une bénévole présente dans un rond-point m’indique que je tiens le bon bout et qu’il ne me reste que 600 mètres avant de voir Valexpo, je la remercie et je file en serrant les dents vers l’arrivée. Je me demande à ce moment-là comment je peux encore courir après tout ça.
Je donne tout ce qui me reste et me voilà sur la ligne d’arrivée. 11 heures 50 de course, 79 ème au scratch. Je suis cuit mais la joie est immense à l’intérieur. Je retrouve Caro qui m’indique que Gaetan a dû abandonner ce qui me désole pour lui.
Nous envoyons un message à Jeff pour savoir où il en est. Il nous indique qu’il est avec Thomas à 6 kilomètres de l’arrivée, arrivée prévue dans 1 heure donc. Je m’alimente, je file à la douche et voilà notre duo sur la ligne, super moment !!
Je ne réalise que plus tard ce que je viens de réaliser, moi qui avais juste fait un 42 sur l’Ultra pour ma plus grande distance. Je retrouve les miens en rentrant à la maison, ma fille de 3 ans me dit qu’elle est super fière de moi et me fait un gros câlin. Ma plus grande victoire…

David

Petit retour en arrière :
-Dernière course longue en juin 2019, une CO sur le Raid O’bivwak 60 et 2200m D+ avec 7kg sur le dos sur 1 am et 1 matinée
-Fin juin 2019 : grosse entorse à la cheville.
Depuis et jusqu’à septembre dernier pas vraiment de reprise de la course à pied : 230 km parcourus en 2 ans.
La reprise avec Run Valserine et surtout l’enthousiasme des participants à la Saintélyon me donne vraiment envie de faire un long. Mais la Sainté est un peu trop tôt et puis pas disponible ce week là ; mais vraiment l’envie de faire un 80 bornes vient à ce moment là !!
Bien vite on parle de la Trace. Je m’inscris rapidement pour profiter de la remise de la Sainté… pas d’assurance annulation… pas de retour en arrière…
J’ai quand même quelques doutes pendant la préparation… trop long ? trop tôt ?
Et bien vite, nous voilà arrivés sur la ligne de départ à Bourg ce 19 février. Pas nombreux, beau temps, 6 amis du Run sur le 80, 2 sur le 42.
Le départ est sonné à 18 h. On fait 5 m avec Caroline, qui se retourne, nous fait un signe de la main et file.
Ca part vite, on fait un bout de chemin avec Jacques, Gaétan, Jeff et David. Les 10 premiers km passent bien vite. Les premières côtes nous écartent et je perds de vue mes compagnons de route. Je fais attention à ma vitesse, il reste du chemin à parcourir.
Je fais attention tout au long de bien m’alimenter et m’hydrater (La sortie hyper cool de Jacques pendant la prépa me revient à l’esprit plusieurs fois ;))
La vue depuis les hauteurs de Bourg sur la ville illuminée est magnifique. Le single sur la crête est un mélange de terre collante et de rocher glissant. Cela laisse présager la suite.
Je retrouve Jeff un peu plus tard au 1er ravito. Nous ferons le reste de la Trace ensemble. Courant sur le plat et descentes, marchant dans les montées, se concertant sur notre état régulièrement.
Le parcours est animé sur les lieux emblématiques et c’est vraiment sympa, mais pas le temps de discuter…
Le ravito de mi-course (37km) nous permettra de bien nous restaurer et surtout de nous changer ! Par contre, ne jamais traîner trop longtemps : c’est trop long de se réchauffer après !
Finalement le temps passe assez vite. L’arrivée sur le viaduc de Cize illuminé au couleur du drapeau vaut le déplacement. Il faut avouer que c’est assez magique !
On remonte et on redescend et re-re vers le ravito de Granges, ces descentes sont bien techniques et entament bien les cuissots.
Au ravito, je dis à Jeff que je ne veux pas m’asseoir de peur qu’il soit trop compliqué de repartir. La montée suivante est longue et pique mais se fait sur un rythme régulier.
Jef fait la conversation pour 2. Je réponds grosso modo par onomatopées.
Les cuisses puis les mollets tirent mais pas de coup dur : top !
A partir de là, 20 km restants, les descentes trop raides sont compliquées mais le moral est bien là.
Les allées forestières collantes demandent de faire attention au chute.
Izernore, dernier ravito rapide et direction Oyo : la fin est proche.
Au final, 12h52 pour boucler cette trace et porter le Béret !
Ma femme est là pour m’accueillir alors que je ne m’y attendais plus : quelle Joie !
Je suis enchanté par cette réussite, malgré 2 jambes bien raides !
La présence de Jef et son expérience du long m’a sans nul doute permis de garder un rythme régulier et un moral ! Merci encore à lui de m’avoir accompagné.
Merci au Run et bravo à mes camarades de la nuit !
Super Orga ! Super souvenir !
Maintenant, prévoir une suite ?

Thomas

80km – 2600m D+

Caroline9:33:25152F – M1F
Jacques10:33:25373 M4M
David11:50:157919 M1M
Thomas12:52:3210823 M1M
Jeff12:52:3310918 M2M

42km – 1550m D+

Jérôme5:38:19638 M2M
Tounsi5:52:097710 M2M

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.