ULTRA 01, Trail du Crêt de Chalam, Trail de Treffort

Nos paysages ont été encore le théâtre de belles épreuves auxquelles Run Valserine montre, bien sûr, ses couleurs.

Ultra 01

A l’occasion de la deuxième édition de l’ultra parrainé par Xavier Thévenard à la découverte de nos paysages, un relais Run Valserine s’est élancé sur le 164km et 2 membres sur le 84km sans oublier les accompagnateurs Jean-Mi, Jeff, Christelle et les soutiens sur place. Une mention spéciale à Damien, enfant du pays et ancien compagnon d’entraînement, vainqueur du 84km.

Ci-dessous, des récits…

Réveil en retard. Gros stress. Pas de petit déjeuner. Vite en voiture pour les plans d’hotonnes accompagné de Brigitte et notre Eglantine.
Je me rassure en pensant que j’aurai profité au maximum de ma nuit.
Gisèle et Olivier sont là. Nous échangeons quelques mots avec Tino et Jean Michel qui viennent de finir une étape relais bien éprouvante à cause du brouillard en pleine nuit. Je vais boire quelques cafés et c’est le départ. 
Ensuite c’est le plaisir de parcourir nos terrains de jeu. J’ai vraiment adoré chaque étape. 
Je m’attendais à un dénivelé beaucoup plus prononcé. 
Il paraît que le parcours a été modifié 48 heures avant par arrêté préfectoral.
Il y a eu quelques passages sur route un peu trop long à mon goût mais je suis sûr que les relayeurs Run Valserine ont apprécié. 
Mention spéciale pour les ravitos. Ils étaient simples et parfaits. J’ai pris le temps de faire une bonne pause à chaque fois et c’était pas du temps perdu.
Merci à vos encouragements et à la visite de Christelle et Jeff sur le parcours. C’est vraiment agréable. 
Quelques problèmes de balisage à signaler vers la fin. Avec 3 autres coureurs, nous avons atterri à Arbent au lieu d’Oyonnax. Il a fallu parcourir 3 kms en ville pour rejoindre l’arrivée. Soit un détour de 2 kms sur le parcours officiel et pourtant ma montre a bien affiché 84 km à l’arrivée. 
Mais bon, certains me diront que je suis mal placé pour me plaindre du balisage ! 
J’aimerais bien reprendre le départ l’année prochaine.

Tounsi

Départ des plans avec Tounsi à 7h dans le brouillard. Arrivés à la ferme
du retord, nous récupérons le soleil. Quand nous arrivons à Cuvéry, 1er
ravito, ensuite nous prenons tout de suite la piste du cross des
Jonquilles. Descente vers Lalleyriat sympathique mais un peu technique,
le ravito de Lalleyriat est bien garni.
La descente vers Tacon et St Germain de Joux a un peu trop de goudron à
mon goût. Marmites de St Germain puis la remontée en direction de Giron
est bien technique mais ça allait. Content en arrivant à Giron de voir
Gisèle et mes filles ainsi que le ski club de Giron. Puis direction le
crêt de Chalam et la borne au lion : dommage que le brouillard nous a
empêché de profiter de la vue.
Avant d’arriver à La Pesse, Jeff et Christelle me rejoignent, bien
content de les avoir à mes côtés pendant une vingtaine de kilomètres.
Nous sommes remontés puis descendus vers Belleydoux en passant par Orvat
avec ses falaises ensolleillées. Reparti de Belleydoux jusqu’au Maquis à
Echallon avec Christelle et Jeff. Ensuite, je continue avec un petit
groupe. Dans la dernière montée, je me trompe et fais demi-tour pour
retrouver le parcours puis une descente très technique avec des cailloux
et des racines : dur!!!
Arrivé à Oyonnax, j’ai été accueilli par la bonne odeur du barbecue de
la fête de la musique : courage encore deux kilomètres avant la ligne
d’arrivée. Quelle joie de sonner la cloche en arrivant au stade! temps
13h50.

Olivier

17 heures, j’arrive sur place pleins de doutes de craintes. Peur de me blesser , d’abandonner et de décevoir les attentes de l’équipe. Une fois sur place je retrouve Olivier Robin, venu retirer son dossard des 80 km, et Jeff qui, par ses mots, me rassure.
18 heures, le départ à fond dans les rues de la ville pour éviter la queue lors du rétrécissement quand on entame les sentiers. Mission accomplie, ça passe crème.
C’est là que commence la vraie montée. On est au km 3 et cela va durer jusque au 8 pratiquement. Je n’ai pas eu besoin de faire 1 km pour me rendre compte que j’allais subir ce moment, mon cardio tout neuf allait exploser si je ne me Calmais pas, mes jambes ne suivent pas. Je me rend compte que je dois oublier mon objectif perso de finir en 2h15. Et là je me suis rappelé les mots de Jeff qui m’a dit que je devais avant tout me faire plaisir. Nouveaux objectifs : arriver simplement au bout et transmettre le relais pour que notre course continue.
Je ralentis un peu, reprend mon souffle et mes esprits et me voilà repartis. Bon signe : je relance en courant au moindre faux plat et ça me donne confiance. Et puis cette montée infernale va bien finir un jour….. Ça fini par arriver. Maintenant c’est plus roulant et après avoir vu des dizaines de coureurs me dépasser, je m’accroche à un groupe et j’arrive à suivre le rythme.
Au 8ème km, j’entends un « allez runvalserine » je relève la tête et Jeff était là pour m’encourager.
Maintenant je suis bien et je garde un bon rythme en prenant soin de ne pas trop forcer car je sens l’arrière de ma cuisse me chatouiller ( je me demande si c’est réel ou psychologique).
Je perd encore quelques places sur les dernières montées et me fait distancé par un groupe d’une dizaine de coureurs avant d’arriver sur la portion avec vue panoramique sur Nantua. Je cours depuis 2 heures, je sais que Samuel m’attend déjà, et que je devrais être en bas plutôt que là. C’est pas grave, je reste concentré sur mes pas, car la descente et truffée de pierres, racines et autres, qui n’attendent qu’une chose , me retourner la cheville. Concentration maximale. Et qui vois-je en ligne de mire : mon groupe, celui là même qui m’a lâché 1 km plus tôt. Je n’en reviens pas, la descente a toujours été une plaie pour moi et je me mets à remonter sur ce terrain. Je fais une course dans un monde parallèle, d’habitude je gagne du terrain en montée que je perds en descente. C’est pas grave, je prend.
Finalement tout se passe bien et nous rejoignons la piste cyclable entre la Cluse et Nantua.
Qui vois-je au bord de la route à m’encourager : Jeff. Merci de ton soutien qui m’a vraiment aidé.
Moins d’un kilomètre restant. Avec un autre coureur nous prenons le large sur le reste du groupe.
Dernier effort, compliqué, pour finir par transmettre le témoin à Samuel en 2h36.
Je suis claqué mais j’ai fais le job.
Voilà pour mon relais et cela ne fait que commencer.

Jérôme – 1er relais

Relais 8

NomTempsCls
Les Traileurs de la Valserine
– Jérôme
– Samuel
– Jean-Etienne
– Thomas
– Tino (pacer: Jean-Mi)
– Quentin
– Emilie
– Manu
17:08:158

Ultra des Plans 84km

NomTempsClsCat
Tounsi11:37:423110 M1M
Olivier13:59:436021 M1M

Trail du Chalam

Ce week-end, le Crêt de Chalam était aussi le théâtre du Trail de Chalam, qui proposait 2 parcours 10km/400mD+ et 15km/800mD+. Les filles ont ramené un podium.

10km

NomTempsCls.Cat.
Christine1h37:33252 M2F
Marina1h37:33263 M2F

15km

NomTempsCls.Cat.
Patrick01:56:44625 M3M
Jean-Marc02:03:427312 M2M
Jean-Michel02:05:328014 M2M

Trail de Treffort – « par monts et par crêtes »

David s’est présenté au départ du Trail de Treffort le 16 juin dernier

Dimanche  16 juin il y avait  le  trail 27 km de Treffort Val Revermont . L’année dernière je l’avais couru avec Jérôme. Cette année j’étais le seul représentant de Run Valserine. C’est  le genre de distance que je recherche entre 25 et 30 km. Le petit nombre de participants (105) permet d’avoir un rythme fluide sans ralentissement intempestif (saint so course ou trail so bugey suivez mon regard). L’organisation est excellente même si ca manque parfois de balisage sur certaines portions du parcours.

La course part de Treffort  petit village médiéval  fortifié perché sur les flancs  du Revermont. Les premiers 10 km sont assez roulants (avec du d+ quand même mais ca se gère ) avec des sentiers monotraces en sous bois et une traversée de village puis on arrive à la  grosse difficulté du parcours qui est la montée du mont Myons au 11e km . Il y a une jolie route qui monte mais ce serait trop facile  on prend évidemment le petit chemin bien  raide qui grimpe au sommet et  on prend du d+ sur 1 km et çà  fait très mal quand on arrive en haut.  Après 1h30 de course je n »étais qu’au 12e km ! On récupère un peu sur 2 km sur un tracé en forêt puis la difficulté revient avec des chemins très caillouteux et rendus glissant par la pluie de la veille . On a très peu d’appui pour garder la bonne cadence . De nouveau une montée très sèche au 18e km. L’année dernière j’y avais laissé des forces. Cette année un peu mieux préparé (j’avais fait le trail so bugey 30 km à Lhuis)  j’ai pu gardé un petit rythme jusqu’ à la fin  avec un autre coureur mais le parcours très étroit (et très beau) sur les crêtes ne permet pas de trouver facilement ses appuis . Malgré la vue magnifique sur le plaine de le Bresse ,  les derniers km paraissent interminables . Je sens une crampe qui arrive à 500 m de l’arrivée mais je tiens jusqu’au bout et j’améliore mon temps de 7 minutes par rapport à l’année dernière en 3h 29mn pour profiter de la super ambiance trail à l’arrivée.
 
Un trail que je recommande et qui vous donnera peut être envie de vous élancer sur ce parcours très typique du Revermont dans une nature préservée. Prochaine étape le trail des Chamois  à Coligny, 1ère édition (anciennement montée des jonquilles ).

David
NomTempsClsCat
David3h29’52 »8169 M2M

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.